Juin 5, 2011

Posted by in Publications | Commentaires fermés sur Accessibilité des handicapés : un cauchemar au quotidien

Accessibilité des handicapés : un cauchemar au quotidien

Cet Article du Journal ‘LE MATIN’

Le problème de l’accessibilité des lieux publics aux personnes handicapées se pose de plus en plus. Administrations, sociétés, gares routières. Même les moyens de locomotion qui sont censés raccourcir les distances posent problème. Aucune place n’est accordée à une population aux besoins spécifiques certes mais qui fait partie de la société marocaine

L’accès aux lieux publics est une utopie pour les personnes handicapées. Trop d’escaliers, beaucoup d’étages et des portes petites inaccessibles à tout fauteuil roulant ou moyen de déplacement d’un handicapé physique.

De nouveaux bâtiments ont vu le jour dernièrement et ont essayé d’introduire cette nouvelle notion vu tous les discours qui prônent l’intégration des handicapés dans la société. Mais avec tous leurs efforts aucune notion n’est prise en considération et dans la plupart des cas on ne pense qu’au fauteuil roulant et on met en place une pente qui est soit hors normes soit trop pointue pour qu’un fauteuil y monte. Aucune place n’est consacrée à un handicapé qui utilise des béquilles ou une canne.

Ceci en ce qui concerne les administrations et sociétés. les moyens de locomotion ne sont pas exclus de cette composante. L’accès au train est difficile pour une personne en bon état physique, alors on n’envisage même pas le cas d’un handicapé. Il faut que cette personne abandonne son fauteuil pour y monter et donc la nécessité d’avoir une autre personne pour l’y aider. D’où la dépendance des personnes invalides.

«Il y a un grand risque d’accident lors de l’accès au train» témoigne un handicapé physique. Et rajoute «la gare de Rabat Agdal est la plus grande preuve. Il me faut au moins un quart d’heure pour arriver à la porte d’accès avec toutes les marches. Moi je me déplace avec des béquilles, je me demande comment font les personnes qui circulent avec des fauteuils roulants». Le témoignage de cette personne incite à la réflexion. Un tour dans la ville relate le grand désintérêt vis-à-vis des personnes aux besoins spécifiques. Chaque coin de rue leur rappelle leur handicap. Du trottoir bien fortifié en béton au bus avec des marches très hautes.

«J’ai un énorme problème pour me déplacer entre les villes» témoigne Idir Ouguindi, secrétaire général de l’association Horizon social. Et rajoute «aucun dispositif n’est mis en place pour les handicapés» pourtant ces personnes s’affirment de plus en plus dans notre société et travaillent autant, des fois même plus, qu’une personne en bon état physique.

Plusieurs exemples ont fait preuve de courage et de détermination. «Un handicapé physique a toujours un plus. C’est cette volonté de compenser son handicap par le travail» explique Idir Ouguindi. Ce dernier est un bon exemple d’une personne qui, en attendant des jours meilleurs use des moyens en sa possession pour affronter les défis.

Les handicapés ne se comptent plus sur les bouts des doigts dans notre société. Ils sont des milliers voir des millions d’où l’urgence d’intervenir et de mettre en œuvre des solutions efficaces, rapides et surtout utiles..

468 ad